• Bora Bora – plan mécanique


    votre commentaire
  • Voici quelques questions à se poser pour prendre les bonnes décisions :

    PHASE 2
    1. Combien reste-t-il de nourriture dans le point d’eau ?
    Plus il en reste, plus c’est confortable pour les joueurs ayant davantage d’IDPE* et moins les traits nourriciers (Fourrageuse, Coopération, Long cou…) sont utiles.

    2.1 Aurai-je, après avoir joué mes cartes, plus d’individus dépendant du point d’eau (IDPE) que chacun de mes adversaires ?
    Oui —> je mets beaucoup de nourriture dans le point d’eau.
    Non —> 2.2.

    2.2 Aurai-je, après avoir joué mes cartes, moins d’individus dépendant du point d’eau (IDPE) que chacun de mes adversaires ?
    Oui —> je mets un minimum de nourriture dans le point d’eau.
    Non —> je mets une quantité de nourriture suffisante.

    PHASE 3
    3. Y a-t-il des Prédateurs ?
    Non —> toujours envisager la possibilité qu’il y en ait. Je m’arrange pour avoir des traits/tailles/populations suffisantes pour qu’aucune de mes espèces ne subisse l’extinction le cas échéant.
    Oui —> 3.1 / 3.2 / 3.3.

    3.1 Combien d’attaques de prédateurs y a-t-il par manche en ce moment ?
    Plus il y en a, plus Charognard est puissant, surtout si le point d’eau est relativement vide.

    3.2 Ont-ils Embuscade et/ou Grimpeuse ?
    Non —> cri d’alerte et/ou Grimpeuse peuvent être utiles.
    Oui —> ces mêmes défenses perdent de leur utilité.

    3.3 Puis-je être attaqué par un Prédateur adverse ?
    Oui —> combien de fois (cela dépend des défenses et de la taille de l’espèce attaquable) ? Est-ce à mon avantage ? C’est rare, mais cela peut l’être si vous avez plusieurs charognards et/ou para-charognards qui n’ont d’autre moyen de se nourrir (et si les individus attaqués allaient mourir de faim de toute manière).

    3.4 Aurai-je moi-même des prédateurs à la fin de la phase ?
    Oui —> 3.4.1 / 3.4.2 / 3.4.3

    3.4.1 Auront-ils de quoi survivre à coup sûr (Tissu adipeux assez rempli pour nourrir toute la population ou Intelligence avec suffisamment de cartes de côté) ?
    Oui —> je peux aborder sereinement la manche et prendre quelques décisions risquées pour tâcher d’attaquer des adversaires.
    Non —> me ménager une espèce personnelle que le prédateur pourra attaquer en cas de besoin est une bonne idée – surtout si les prédateurs adverses, eux, ne pourront pas l’attaquer. Si possible, mon prédateur doit l’attaquer un minimum de fois pour gaspiller un minimum de cartes (augmenter la taille de la proie est un moyen d’y parvenir – j’appelle ça « élevage »).

    3.4.2 Quelle est ma position dans l’ordre du tour ?
    Je regarde si d’autres joueurs ayant déjà joué leurs cartes avant moi ont des espèces que je pourrai attaquer à coup sûr. Plus je joue tard dans l’ordre du tour, plus j’aurai de chances de bien nourrir mes prédateurs.

    3.4.3 Aurai-je aussi des charognards ?
    Oui —> si je suis sûr·e que mes prédateurs attaqueront – un maximum de fois –, je fais prospérer la population de mes charognards et j’assèche le point d’eau.

    4. Y a-t-il un joueur un tête qu’il faut ralentir ?
    Oui —> il faut l’attaquer et/ou l’affamer. Voir 4.1 et 4.2.

    4.1 A-t-il des prédateurs ?
    Oui —> 4.1.1 et 4.2
    Non —> 4.2

    4.1.1 Peut-il les nourrir et marquer beaucoup de points via l’élevage ?
    Non —> il dépend de ses adversaires pour nourrir ses prédateurs. Je hausse donc mes défenses au maximum. Les cornes sont un bon moyen de faire baisser sa population de prédateurs. On évite absolument de créer de nouvelles espèces faibles dont il pourra facilement se nourrir. Faire mourir sciemment les espèces les plus faibles du reste des joueurs peut être un bon moyen de faire mourir à terme les prédateurs du meneur. Attaquer ses proies avant lui est un moyen d’atteindre ce but.
    Oui —> le seul moyen est alors de l’attaquer, car vous défendre n’est alors plus suffisant (il fonctionne en autarcie).

    4.2 Quelle est sa dépendance au point d’eau ?
    Forte —> ses adversaires devraient s’allier pour assécher le point d’eau, tout en s’assurant d’en être moins dépendants, et éventuellement l’attaquer également.
    Faible —> ses adversaires devraient s’allier pour l’attaquer.

    Attention : arrêtez d’attaquer un joueur une fois qu’il a suffisamment subi de dégâts pour ne plus être une menace dans la course à la victoire. Rien ne sert d’enfoncer excessivement un joueur ; mieux vaut se concentrer sur celui qui représente la nouvelle menace.

    ******

    Note : plus le point d’eau est fourni, moins les traits nourriciers sont utiles et plus cela laisse de place aux défenses.

    *IDPE : individu (cran de population) dépendant du point d’eau pour se nourrir. Ne sont pas des IDPE les individus :
    - prédateurs
    - qui bénéficieront de Charognard
    - qui bénéficieront de Long cou (+Coopération) (+Fourrageuse)
    - qui bénéficieront de Coopération (via Long cou, Carnivore ou Charognard)
    - qui peuvent être nourris par Intelligence


    votre commentaire
  • Petit guide non-exhaustif des points forts, points faibles et combos (autres cartes allant bien avec le trait) des traits du jeu de base.

    Chaque trait a un inconvénient universel : il occupe un espace que ne peut pas occuper un autre trait (plus de défense = moins d’efficacité pour se nourrir / vice versa).
     
    Chaque trait défensif a un inconvénient circonstanciel : il agit aussi contre mes propres prédateurs (pour les cas où mon prédateur est incapable/n’a pas envie d’attaquer une espèce adverse).

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Avant de commencer, et aussi évident que ça puisse paraître, je préfère repréciser une chose clé : le but du jeu n’est pas de marquer beaucoup de points, mais d’en marquer plus que les autres. Ainsi, si tel choix vous fait perdre X population/points, mais en fait perdre davantage aux adversaires (par exemple, assécher le point d’eau pour créer une famine chez les herbi/omnivores), c’est pour vous un bon choix.
     
    Petit lexique :

    • individu : un cran de population. Une population de 5 = 5 individus
    • omnivore : un individu d’une espèce non-carnivore
    • carnivore : un individu d’une espèce ayant le trait Carnivore
    • IDPE : individu dépendant uniquement du point d’eau pour se nourrir (aucune aide de traits comme Long neck, Fat tissue, Scavenger, Carnivore…)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Rappel des forces et faiblesses de Symbiose

    + infranchissable si les conditions sont réunies et que les prédateurs sont non-intelligents
    − potentiellement inutile si l’espèce à sa droite (proie de choix pour les prédateurs) disparaît
    Combo : Cooperation (le protégé entretient son protecteur)

    Lire la suite...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires